Grâce au Pass Durable, Donc Juliac fait rayonner son activité !

Kévin Juliac en est venu au rhum arrangé de manière fortuite en créant La Fabrique de Rhum arrangé Don Juliac en juin 2014. Aujourd’hui, l’entreprise a élabore 13 produits aux saveurs plus surprenantes les unes que les autres comme la série limitée mangue-piment ou encore physalis-tonka. Sa devise : lorrain, écolo et original !

Kévin Juliac (à gauche) et son associé Alexandre Rainon (à droite).

Pourquoi avoir contacté la CMA ?

En 2020, l’entreprise change de local pour s’implanter à Nancy. Cependant, l’atelier de production qui est un poste clé pour l’entreprise, ne dispose pas de fenêtre et donc pas d’éclairage naturel. Le jeune chef d’entreprise, ayant eu connaissance que la CMA réalise des diagnostics éclairage (dans le cadre de son offre de services Pass Durable), décide de se rapprocher d’un conseiller environnement de la CMA afin de faire un état des lieux de son éclairage. Ce diagnostic consiste à effectuer une visite des locaux de l’entreprise afin de réaliser par la suite une étude du parc d’éclairage existant. A cette époque, il était important pour l’entreprise d’avoir des espaces de travail éclairés et un environnement de travail sain.

« J’ai vraiment pu voir les points faibles en termes de qualité d’éclairage et de rendu couleur et ainsi voir ce qu’il fallait améliorer ou non. »

Kévin JULIAC

« Je passe beaucoup de temps dans mon atelier et mon travail est assez minutieux donc ça fatigue énormément. Niveau sécurité, il y a toujours un éclairage minimum. C’était vraiment pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. On ne s’en rend pas compte tout de suite que l’on va se fatiguer avec un mauvais éclairage. J’ai vraiment pu voir les points faibles en termes de qualité d’éclairage et de rendu couleur et ainsi voir ce qu’il fallait améliorer ou non. »

Depuis la réalisation de ce diagnostic éclairage, Kévin Juliac a fait le choix de réaliser lui-même des travaux grâce aux recommandations de la CMA. En parallèle, l’entreprise a également suivi des formations à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat sur la communication, les réseaux sociaux et notamment le stage de préparation à l’installation (SPI) autrefois obligatoire « qui a permis d’apprendre pleins de choses pour débuter mon activité. » Un apport de la CMA significatif à la fois pour améliorer ses conditions de travail, mais aussi pour structurer sa stratégie opérationnelle de développement.

Quelle vision de l’environnement ?

Kévin Juliac a fait le choix de « l’artisanal afin de travailler à sa façon ». Fondée sur des valeurs « écolo et locales », la finalité de l’entreprise est de se différencier de « la culture des îles où ils utilisent plutôt des fruits frais que l’on n’a pas forcément chez nous ».

« …le respect de l’environnement via des gestes simples. Quand on fait quelque chose, on essaie de le penser au mieux.« 

Kévin JULIAC

Le jeune entrepreneur a une vision assez large du développement durable : que ce soit avec le miel produit près de Lunéville (« plutôt que d’importer du sirop de sucre de canne du bout du monde »), avec l’usage de fruits séchés ou lyophilisés qui réduit les pertes que pourrait engendrer le recours à des fruits frais… Également, l’entreprise utilise des bouteilles réalisées par un verrier français, des bouchons en liège naturel fabriqués en France près de Cognac, et les étiquettes sont faites en Moselle. « Il n’y a pas d’emballage inutile. Nous utilisons des cartons pour les expéditions. Pour les commandes au niveau local, nous déposons les bouteilles dans des caisses CFP que l’on récupère par la suite. »

A travers ce processus, le gérant recherche à la fois de l’originalité avec notamment l’ajout de produits régionaux (miel, eau-de-vie de mirabelle…), d’épices, de houblon… et également le respect de l’environnement via des gestes simples. « Quand on fait quelque chose, on essaie de le penser au mieux. »

Quelles perspectives ?

Malgré la crise sanitaire actuelle, Don Juliac continue de se développer et d’innover via la « création de nouvelles recettes ». L’objectif à court terme pour l’entreprise est de « recommencer petit à petit à démarcher de nouveaux cavistes et de nouvelles épiceries ». D’ailleurs, l’entreprise s’est récemment lancée dans la mise en place d’ateliers afin de découvrir les différentes étapes de fabrication et de créer son propre rhum arrangé. « Mon travail me permet d’avoir un contact avec les clients, c’est plus sympa. L’idée est vraiment de privilégier le contact humain. » Composé d’un salarié et demi aujourd’hui, Don Juliac est une entreprise à taille humaine qui se développe doucement. Son associé devrait bientôt rejoindre l’entreprise à 100%.

Une chose est sûre, le spécialiste du rhum arrangé n’a pas fini de surprendre !

Vous souhaitez en savoir plus et passer à l’action ?

Laisser un commentaire