Chez Gui’Home Création, on donne une seconde vie au mobilier !

Aménagement d’intérieur, menuiserie ou encore décoration, Gui’Home Création (Lucey,54) propose un ensemble de prestations sur-mesure pour proposer des projets qui ressemble à ses clients. Mais son créateur, Guillaume Scheffler, s’est également positionné sur le marché de la réparation, illustré par sa labellisation Répar’acteurs en 2019 avec la CMA. Un artisan convaincu qui présente un travail esthétique, économique et écologique pour le bonheur de ses clients !

Guillaume SCHEFFLER, gérant de l’entreprise Gui’Home Création (Lucey, Meurthe-et-Moselle)

Comment avez-vous connu Répar’acteurs ?

Lors de la foire internationale de Nancy, il y a 2 ans. Je me suis arrêté sur le stand de la CMA étant artisan. J’ai vu une affiche sur le label Répar’acteurs. C’est là que j’y ai rencontré Johann MERTZ, conseiller à la CMA, avec qui nous avons échangé avant de se recontacter plus tard pour signer la charte avec Laura Gaillard.

Qu’est-ce que vous apporte ce label ?

J’en parle à chaque client que je rencontre. Ma philosophie d’entreprise est de base axée sur ce principe d’écologie et de réduction des déchets. Le label m’apporte une certaine crédibilité et de la confiance auprès de mes clients. Grâce au réseau Repar’Acteurs, j’ai également participé à l’événement Jardin de ville jardin de vie mais surtout j’ai eu l’honneur d’être sélectionné pour représenter l’ensemble de mes collègues Répar’Acteurs aux journées de l’économie circulaire du Grand Est.

« Le label m’apporte une certaine crédibilité et de la confiance auprès de mes clients. »

Pourquoi avez-vous adhéré au label ?

Cette histoire remonte à très loin, j’ai 37 ans et toute mon enfance j’ai passé mes mercredis chez mes grands-parents. Mon grand-père était électricien de métier et dès la retraite il passait son temps à réparer toutes sortes d’appareils électriques que des voisins, amis ou même employés communaux lui amenaient pour les faire réparer. J’ai grandi avec ce principe qu’il fallait privilégier la réparation au remplacement. Quand j’ai découvert la charte et le réseau il y a 2 ans, je n’ai même pas réfléchi, c’était naturel pour moi de suivre cette voie.

Pour quelles raisons avez-vous positionné une partie de votre activité sur la réparation ?

Comme je l’ai expliqué lors des rencontres du réseau Collectif, pour moi être Repar’Acteurs ce n’est pas juste réparer un pied de table cassé ou changer une charnière fatiguée. Selon moi il faut aller plus loin, c’est pour cela que je propose à mes clients des modifications de cuisine en utilisant au maximum ce qui est présent sur place. En modifiant l’aménagement existant ou en changeant de coloris on peut apporter de la fraîcheur à une cuisine sans avoir besoin de la remplacer.

« Ce principe à de multiples avantages : un budget matière limité et moins de déchets […], une main d’œuvre réduite et un gain de temps sur les travaux […]. Mes clients sont sensibles à cette démarche […] »

Le but étant de permettre à des clients qui n’ont pas un gros budget de pouvoir moderniser leur cuisine tout en respectant une démarche durable. Ce principe à de multiples avantages : un budget matière limité et moins de déchets (grâce au réemploi des matériaux sur place), une main d’œuvre réduite et un gain de temps sur les travaux car les caissons sont existants pour au final une empreinte carbone réduite. Mes clients sont sensibles à cette démarche, même si très souvent on me contacte au départ pour un remplacement de cuisine. C’est à moi de leur prouver que cette méthode de travail peut être esthétique, économique et écologique bref le trio gagnant !

Vous souhaitez en savoir plus et passer à l’action ?

Laisser un commentaire