Rapide’Couture : Tous vos vêtements ont une seconde chance

Une couture déchirée, une fermeture éclair déraillée, un trou, un accroc ou tout simplement l’envie d’ajuster ou de personnaliser vos vêtements ? La boutique Bobine de fille (réseau Rapide’Couture) de Saint-Avold s’occupe de tout, avec en plus la promesse d’un engagement pour la planète à travers sa labellisation Répar’acteur obtenue cette année. Claudine DEMPT, gérante de la boutique de Saint-Avold nous raconte comment cette labellisation lui est apparue comme une évidence.

Claudine DEMPT, gérante de la boutique Bobine de fille du réseau Rapide’Couture (Saint-Avold, Moselle)

Vous avez choisi de de vous faire labelliser Répar’acteur cette année. Comment cette initiative vous est-elle venue ?

La direction du réseau Rapide’Couture a changé il y a quelques mois et le nouveau gérant nous a fait parvenir des informations sur ce label en nous proposant de nous y associer. L’initiative m’a plu et j’ai décidé de commencer les démarches pour faire reconnaître notre engagement dans une démarche éco-responsable.

J’ai pris rendez-vous auprès d’une conseillère de la CMA de la Moselle et ensemble nous avons fait le point sur mon activité et les actions que ma collègue et moi menions quotidiennement au sein de notre boutique.

« Nous avons fait le point sur mon activité et les actions que ma collègue et moi menions quotidiennement au sein de notre boutique. »

Se faire labelliser, c’est témoigner de son engagement personnel et professionnel. Comment le label Répar’acteur s’inscrit-il dans votre travail quotidien ?

Dans le secteur de la couture, on est les mieux placés pour s’inscrire dans le label Répar’acteur. Depuis toujours, et c’est l’ADN de notre métier, on répare plutôt que de remplacer. On ajuste les vêtements, qu’ils soient trop grands ou trop petits, on conserve toutes les chutes de tissus que l’on réutilise ensuite.

Nous nous inscrivons également dans la récupération de vieux vêtements que l’on rafraichit ou que l’on transforme en chutes pour réparer d’autres vêtements.

SnComment s’est déroulée votre labellisation auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?

Tout s’est très bien passé. C’est réellement grâce à l’entretien que j’ai eu avec une conseillère de la CMA de la Moselle que je me suis rendu compte de tout ce que l’on faisait inconsciemment, dans une démarche éco-responsable, et qui rendait notre travail éligible au label répar’acteur. C’est tellement évident pour nous que l’on ne s’en rendait pas compte. On répare depuis toujours et c’est naturel pour nous.

« C’est une fierté de pouvoir se dire que l’on contribue à la réduction des déchets et à la préservation de l’environnement à son échelle. »

Pensez-vous valoriser votre labellisation et votre engagement en tant que Répar’acteur ?

D’ici quelques jours, je recevrai le matériel pour afficher ce label sur ma boutique. Pour l’instant, personne ne sait que je suis labellisée, mais c’est important pour nous de l’être. C’est une fierté de pouvoir se dire que l’on contribue à la réduction des déchets et à la préservation de l’environnement à son échelle.

Vous engagez-vous également dans une démarche éco-responsable au quotidien dans votre activité ?

C’est un souhait à moyen terme. Pour l’instant, nous faisons surtout de la réparation et de la récupération de l’existant. Lorsque nous nous fournissons en tissus neufs, nous avons quelques tissus Oeko-Tex en coton bio et quelques autres initiatives. À l’avenir,ça ne pourra que se développer pour aller vers une plus consommation de matières premières éco-responsables.

Laisser un commentaire